Lorsque l’on se met à se renseigner sur les finances personnels. On trouve des adages qui font office de règles. Ces règles doivent répondre à la question : « Comment gérer son budget ? »

Certaines sont de très bonnes habitudes puisqu’ils nous permettent d’avancer et sans réel inconvénient. 

Par exemple : Il faut se payer en premier à comprendre épargne (ou investis) dès la réception de ton salaire et vis avec le reste.

Toutefois, la prise en main de ses finances personnels est un peu comme une aventure. Peu de règles prédéfinis marchent dans toutes les situations. 

Dans cet article, nous allons voir des règles qui sont souvent associés à la finance personnels et que suivant les situations peuvent ou doivent être brisés.

Mieux vaut acheter que louer

Cette règle est l’une des premières que nous entendons lorsque nous parlons d’argent avec notre entourage. Pourquoi ? Car la location est assimilé à jeter son argent par la fenetre ou plutôt le donner à un propriétaire. Alors qu’acheter, permet de capitaliser et épargner tout en s’hébergant. 

Alors oui, dans le cas d’un achat via un emprunt bancaire, l’achat permet de rembourser du capital (et donc de virtuellement s’enrichir). Toutefois, cela sous-entend plusieurs chose :

  • Le prix d’achat s’est fait au moins 10% en dessous de la valeur du bien
    • En effet, on oublie que sur l’achat, nous devons payer les frais de notaire qui s’élève à près de 10% du prix du bien. Ces frais sont à fond perdus

  • On prévoit de rester dans cet appartement pendant une durée assez longue
  • Le bien est facile à la revente
    • Le bien présente des caractéristiques recherchés par le marché. En effet, pour une potentielle future revente, mieux vaut être propriétaire d’un bien qui est facile à la revente.
  • Les prix de l’immobilier vont continuer d’augmenter ou à minima stagner

Les effets négatifs de la propriété

Mais on oublie souvent qu’acheter a aussi des effets négatifs. En général, un propriétaire d’un appartement est moins mobile qu’une locataire. En effet, après avoir mis plusieurs centaines de milliers d’euros sur la table, une opportunité à l’autre bout du pays ou de la planète sera plus difficile à accepter.

Un second argument sur la “supériorité” de l’achat versus la location réside sur le fait que 20 ans (ou 25 ans) après on devient propriétaire et donc sans loyer. Un point qui est souvent oublié est le fait que la durée moyenne de détention d’un bien immobilier est de 8 ans. Ainsi, si l’on achete deux ou trois résidences principales (achat vente à plusieurs reprises), on sera donc propriétaires sans crédit plutot 35 ans après le premier achat.

Alors je ne dis pas qu’il ne faut pas acheter mais la location offre aussi des avantages tels  que la flexibilité et des prix abordables (les locations sont mis en concurrence). La location permet d’apporter aussi de la souplesse à la question Comment gérer son budget ?

Ne pas contracter de crédit à la consommation

Le crédit à la consommation est d’une côté facile à prendre et d’un autre c’est un fardeau ensuite que nous devons porter. 

Le premier conseil qu’un conseiller financier va vous dire est de se débarrasser de ses crédits à la consommation. Moi y compris. En effet, comment je gère mon budget. J’élimine les prêts à court terme.

Toutefois, il ne faut pas avoir une opinion aussi arrêtée. En effet, le bien fondé d’un crédit repose sur à quoi sert ce crédit. Dans le cas, où ce crédit est adossé (lié) à un investissement dont la rentabilité est supérieur au coût du crédit. Je pense qu’il ne faut pas se priver de cette source de capital.

D’autant plus que nous sommes dans une phase de taux d’intérêt historiquement bas. 

Répartir son patrimoine selon son âge

Il existe plusieurs règles qui donne une répartition de son patrimoine selon son age. La plus connu correspond à investir dans les actions un pourcentage de son patrimoine correspondant à 100 minoré de son age. 

C’est à dire pour une personne de 40 ans, 60 % dans des actions. L’idée derrière est de privilégier une classe d’actifs plus risqué lorsque nous sommes jeunes (ie à 20 ans, 80% d’actions) et limiter les risques avec le temps. 

Je pense que cette vision est extrêmement réductrice. En effet, cela ne prend pas en compte la situation de la personne et ses projets. 

Un jeune de 20 ans au SMIC qui a un projet de mariage et 1 enfant, je ne pense pas que je recommanderai une position risquée à cette personne.

Alors qu’une autre personne de 20 ans millionnaire, on peut sans problème lui proposer de prendre des risques avec son patrimoine.

Ne rechercher que la diversification

La diversification est aussi une des règles d’or de l’investissement. Comme il ne faut pas mettre tous ses oeuf dans le même panier. 

Toutefois, il faut savoir que la diversification a un coût. Il a un coût financié mais ce n’est pas celui dont il faut parler. Diversifié outre mesure va obliger à diviser son attention sur plusieurs thèmes différents. A un certain niveau, cela va devenir contre productif puisque, l’attention porté aux investissements sera moindre et pourra atteindre à niveau insuffisant (entrainant une baisse de la rentabilité).

Se reposer uniquement sur des spécialistes pour gérer son budget

L’une des erreurs communes est de se reposer uniquement sur des spécialistes. En effet, il est assez simple et positif de déléguer des parties de la gestion à des spécialistes. Toutefois, “la confiance n’exclue pas le contrôle”. Il faut prendre le temps de réfléchir à la situation. En général, Un spécialiste est payé pour une prestation. Son business doit aussi marché puisqu’il vie grâce à son activité. Il doit donc diviser son temps avec tous ces clients (oui, nous ne sommes pas le seul client).  Lui aussi se pose la question : Comment gérer son budget ? Donc, l’attention qu’il va porter à notre cas sera proportionnel au prix que nous payons.

Il faut donc aussi se poser la question suivante avant de ne pas contrôler ses faits et dires, si le spécialiste se trompe :

  • Quel est l’impact pour lui ?
  • Quel est l’impact pour moi ?

Se poser ces question permet de savoir dans quel cas, nous devons prendre du temps pour s’instruire soi-même.

Préférer une augmentation à une prime pour augmenter son budget

Dans le salariat, au moment des entretiens annuels, nous faisons état de nos revendication salariales. En général, l’ordre des préférences est le suivants : 

1 – Augmentation

2 – Prime

3 – Aménagement du temps de travail

Alors si on regarde dans l’ordre, l’augmentation est préférée car elle a un caractère cumulatif. En effet, un an après la base du salaire pour l’augmentation sera une base augmentée. Autrement dit, on aura une augmentation sur une augmentation. De plus cela parait logique. Quand on se pose la question Comment gérer son budget ? Un budget plus élevé permet une gestion plus simple.

En second vient la prime. Alors je trouve qu’il ne faut pas sous-estimer la prime, car elle peut permettre d’investir ou de réaliser des projets qui vont avoir un impact supérieur à une augmentation

En dernier, l’aménagement du temps de travail, on pense rarement à l’aménagement du temps de travail lorsque nous pensons à une augmentation. En effet, si on négocie de passer à 90% tout en maintenant son salaire. Cela revient à une augmentation de 10%. 

Négocier des journées de télé-travail revient à économiser du temps de trajet et donc d’améliorer sa qualité de vie. 

Conclusion – Comment gérer son budget

Dans cet article, nous avons vu des “règles” qui doivent être re-réfléchis lorsque nous décidons de reprendre la main ses finances personnels. Tous les réflexes et habitudes que nous avons acquis doivent être ré-analysés suivant sa propre situation. 

Alors bien sur, il est difficilement imaginable de remettre constamment en question toute notre expérience. Mais il faut prévoir des temps de réflexion sur chaque thème pour s’assurer que nous sommes sur la bonne voie. Si vous avez besoin d’aide. Si vous souhaitez un accompagnement particulier pour comprendre comment gérer son budget. Cette offre est pour vous.

Il convient aussi de passer à l’étape 2 et de définir quelle est sa stratégie d’investissement -> Par ici